jeudi 27 août 2015

11e réunion Céliobe (sport) : séance en salle de musculation

Pour cette réunion, le groupe se délocalise à Villeneuve d'Ascq dans les locaux de Cap Lille, une salle de fitness qui jouxte le Grand Stade. Je pensais y retrouver la diététicienne ou au moins la psychologue Céliobe mais non, personne de chez Céliobe. Nous sommes acceuillis par un coach de Cap Lille : un jeune homme musclé qui n'a sûrement strictement aucune connaissance du mal être au quotidien que peut vivre un obèse.

En se retrouvant face à quelqu'un d'externe à Céliobe, j'espérai que le discours changerait un peu et qu'on s'éloignerait enfin de l'infantilisme des réunions que j'ai subi jusqu'à présent au Céliobe. Hélas non.
Le coach nous explique 2-3 bricoles sur l'exercice physique et il nous sort un jeu de photos : une cascade d'eau, un couple qui fait l'amour, un groupe de personne qui font un trail, un avion, une plage paradisiaque, un plateau repas du Mc Donald, un grand et superbe arbre... Il nous demande alors de choisir 2 images de ce que nous aimerions faire ou devenir suite à l'opération. Puis ensemble, nous expliquons le pourquoi de notre choix. Et bien évidement, ça se termine en en faisant de l'exercice physique pour accompagner votre perte de poids, vous allez maigrir mieux, vous muscler et toutes les images dont vous rêvez deviendront réalisable. Mon dieu... Encore un qui considère l'obèse comme un parfait abruti...

Tout ceux qui, comme moi, sont obèses et ont fait maintes régimes yoyo savent que lorsqu'ils ont du poids en moins, on se sent pousser des ailes. Avec 100, 120 ou 150 kilos au compteur, faire 30 minutes de marche intense c'est souffler, suer, s'essouffler et ne ressentir aucun plaisir. Mais quand on a perdu du poids voir beaucoup de poids, ces mêmes 30 minutes de marche intense passent comme une lettre à La Poste. Pas besoin de jouer avec des images pour le savoir ! Aussi, quand on est gros, on n'est rarement féru de sport et pourtant, cela ne veut pas dire qu'on n'a pas envie d'en pratiquer.

Le soucis dans ce type d'échange entre un intervenant qui n'a jamais connu de problèmes de poids et un auditoire d'obèses qui a connu de nombreux régimes yoyo, c'est que ce premier explique des mécanismes qu'il n'a jamais connu à des personnes dont c'est pour ainsi dire le quotidien. Je trouve que c'est un peu prendre le problème à l'envers.

Après le coup des images, le coach nous a invité à le suivre dans une des salles de musculation de Cap Lille : une salle immense, totalement vide et pourvu de plusieurs dizaines de très grosses et très belles machines de musculation bardées d'électronique. L'un de ses collaborateurs nous a apporté des ceintures élastique à attacher sous la poitrine afin d'enregistrer nos battements cardiaque.
AH PARCE QUE NOUS ALLONS FAIRE DU SPORT ??? Aucun camarade de mon groupe n'était au courant et personne n'avait pris de tenu ni de chaussure adéquates.
Nous sommes allés au vestiaire pour mettre nos ceintures qui étaient bien évidement trop petite pour notre corpulence (ça roulottait sous la poitrine, c'était très agréable...). Et puis nous revoilà dans la salle de musculation.
Le coach nous a expliqué que telle machine peut se régler ainsi, travailler tel muscle et tel autre, que pour ma corpulence et mon inexpérience, il faudrait que je fasse tel mouvement autant de fois... Il a répété ce même cérémonial avec chacun de mes caramades pour chacune des machines disponible et nous avons du faire un peu de musculation (en tenu de ville et talons pour ma part) sur le champ. Ri-di-cule !

L'obèse qui s'inscrit au Céliobe souffre de problèmes sérieux de poids et dans la majeur partie des cas, ces problèmes de poids l'empêche en partie ou totalement de s'adonner à une activité sportive. Alors pourquoi nous parker ainsi dans une salle de musculation en tenue de ville pour nous faire suer (et nous ridiculiser) le temps de faire 2 tractions et 1 pompe ? Quel est l'intérêt ??? Nous montrer, comme si on ne le savait pas déjà, qu'il est possible de faire du sport même gros ? Mais on le sait ! Sauf que notre soucis à nous, les obèses, c'est qu'on souffre dans notre corps et dans notre tête à faire du sport.

Édit : Depuis, j'ai appris que la salle Cap Lille avait fermé.

Posté par OliviaJDS à 17:17 - - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 20 août 2015

10e réunion Céliobe (diét) : rencontre avec des opérés

Aujourd'hui, encadré par la diététicienne, nous avons rencontré des anciens obèses qui sont tous passés par le Céliobe avant leur opération bariatrique. Il y avait là des personnes de tout âge qui ont aussi bien subi une sleeve qu'un by-pass et qui ont plus ou moins maigri de façon spectaculaire. Elles nous ont expliqué comment elles sont devenues obèses (le régime yoyo reste une constante). Elles ont très peu abordées l'opération en elle-même, la douleur, le réveil, etc. Je pense que la diététicienne a du les brieffer à ce sujet en amont afin de ne pas trop nous effrayer. Nous avons surtout échanger sur l'après opération : le protocle post-op et les nouvelles habitudes alimentaires. C'était très plaisant de voir ces futurs anciens obèses nous persuader que nous faisions le bon choix.

À la fin de la séance qui n'a duré qu'à peine 1h, quand ces témoins sont partis, à notre tour nous avons pu nous engager à témoigner un jour.
J'ai accepté.

Posté par OliviaJDS à 17:54 - - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 6 août 2015

8e réunion Céliobe (spy) : dégustation de chocolat

Lors de la réunion du jour animée encore une fois par la psychologue, nous avons dégusté une mignonnette de chocolat (noir ou au lait selon notre souhait).
J'ai choisi une mignonnette de chocolat noir.
J'adore le chocolat noir. Et contrairement aux idées reçues sur les obèses, j'adore ça et pour autant je n'en mange pas une plaque par soirée. Bien au contraire. Je m'offre du très bon chocolat noir et j'en croque 1 à 2 carrés 2 à 3 fois maximum par semaine. Et pas plus. Je ne me sens pas frustrée. C'est un peu comme les fumeurs qui s'offrent un excellent cigare pour les grandes occasion.

La psychologue nous a demandé de croquer un petit bout de la mignonnette et de le déguster, le savourer et l'analyser pour le définir. Il nous a fallu lui indiquer, chacun notre tour, ce à quoi ce petit morceau de mignonnette de chocolat nous faisait penser.

J'ai donc choisi une mignonnette de chocolat noir. C'était du Côte d'Or... Qualité dégueu, chocolat déjà blanchi de vieillesse. Mais j'ai fait avec. Le 1er mot qui m'est venu à la dégustation c'était plastique. Puis caoutchouc. Je me suis abstenue de les citer parce qu'on m'aurait pris pour une bourgeoise qui n'aime que le chocolat de luxe. Alors j'ai cité corsé et fruité.

Nous avons ainsi déguster les 3/4 de notre mignonnette tout en citant des qualificatifs que la psychologue notait au fur et à mesure au tableau. Le but du jeu était apparemment de nous faire prendre conscience qu'en prêtant d'avantage attention à nos sensations alimentaires, on pouvait découvrir de nouveaux plaisirs. Pour la faire courte, il vaut mieux manger peu et bien que beaucoup et n'importe quoi pour obtenir une satisfaction gustative.

Les restes des mignonnettes ont fini à la poubelle. Là aussi, ce geste à joué un rôle : ne pas chercher à tout prix à finir son assiette.

Je pense que ce petit a du être utile à beaucoup de mes camarades Céliobe. Me concernant, cela fait longtemps que j'essaye d'appliquer ce principe de valorisation de la satisfaction gustative. D'ailleurs, c'est déjà ma méthode en ce qui concerne ma consommation de chocolat que j'évoque plus haut. Concernant les restes des mignonnettes ont fini à la poubelle, là j'étais moins open sur le sujet. Chez moi, on ne jette rien et même si on ne fini pas son assiette. On range au frigo dans un Tupperware pour consommer le lendemain, où on re-cuisine, où on donne au chien.


Posté par OliviaJDS à 19:16 - - Permalien [#]
Tags : , ,