jeudi 6 août 2015

8e réunion Céliobe (spy) : dégustation de chocolat

Lors de la réunion du jour animée encore une fois par la psychologue, nous avons dégusté une mignonnette de chocolat (noir ou au lait selon notre souhait).
J'ai choisi une mignonnette de chocolat noir.
J'adore le chocolat noir. Et contrairement aux idées reçues sur les obèses, j'adore ça et pour autant je n'en mange pas une plaque par soirée. Bien au contraire. Je m'offre du très bon chocolat noir et j'en croque 1 à 2 carrés 2 à 3 fois maximum par semaine. Et pas plus. Je ne me sens pas frustrée. C'est un peu comme les fumeurs qui s'offrent un excellent cigare pour les grandes occasion.

La psychologue nous a demandé de croquer un petit bout de la mignonnette et de le déguster, le savourer et l'analyser pour le définir. Il nous a fallu lui indiquer, chacun notre tour, ce à quoi ce petit morceau de mignonnette de chocolat nous faisait penser.

J'ai donc choisi une mignonnette de chocolat noir. C'était du Côte d'Or... Qualité dégueu, chocolat déjà blanchi de vieillesse. Mais j'ai fait avec. Le 1er mot qui m'est venu à la dégustation c'était plastique. Puis caoutchouc. Je me suis abstenue de les citer parce qu'on m'aurait pris pour une bourgeoise qui n'aime que le chocolat de luxe. Alors j'ai cité corsé et fruité.

Nous avons ainsi déguster les 3/4 de notre mignonnette tout en citant des qualificatifs que la psychologue notait au fur et à mesure au tableau. Le but du jeu était apparemment de nous faire prendre conscience qu'en prêtant d'avantage attention à nos sensations alimentaires, on pouvait découvrir de nouveaux plaisirs. Pour la faire courte, il vaut mieux manger peu et bien que beaucoup et n'importe quoi pour obtenir une satisfaction gustative.

Les restes des mignonnettes ont fini à la poubelle. Là aussi, ce geste à joué un rôle : ne pas chercher à tout prix à finir son assiette.

Je pense que ce petit a du être utile à beaucoup de mes camarades Céliobe. Me concernant, cela fait longtemps que j'essaye d'appliquer ce principe de valorisation de la satisfaction gustative. D'ailleurs, c'est déjà ma méthode en ce qui concerne ma consommation de chocolat que j'évoque plus haut. Concernant les restes des mignonnettes ont fini à la poubelle, là j'étais moins open sur le sujet. Chez moi, on ne jette rien et même si on ne fini pas son assiette. On range au frigo dans un Tupperware pour consommer le lendemain, où on re-cuisine, où on donne au chien.


Posté par OliviaJDS à 19:16 - - Permalien [#]
Tags : , ,


jeudi 16 juillet 2015

5e réunion Céliobe (psy) : vis ma vie de Jeannine

On avance petit à petit dans le parcours pré-op'.
J'ai calé l'ensemble de mes rendez-vous médicaux (pneumologue, radiologue, cardiologue) et je continue chaque semaine à assister (peut-on dire participer ?) au réunion Céliobe à La Louvière à Lille.

Ce matin, la réunion Céliobe était animée par la psychologue.

Depuis le début des réunions, je me demande si cette psychologue Céliobe n'est pas une ancienne obèse vu son goût improbable pour s'habiller : pull plus court que le chemisier (ça dépend, ça dépasse...), tee-shirt trop court laissant apparaître un ventre un peu frippé, chaussettes bariolées visite dans des bottines usées et sales. C'est un point de détail ; je suis un peu méchante ok ok.

Cette psychologue a beau avoir un certains goût pour s'habiller, elle n'en est pas moins charmante. Voir même un peu trop charmante. À chacune des réunion qu'elle anime, j'ai toujours ce très désagréable sentiment qu'elle s'adresse à une bande de gros sans cervelle qui ne sait rien faire d'autre que de bouffer bouffer bouffer. Un gros est-il forcément un con ? On peut très bien voir ensemble le processus de la fin et comment on en arrivé à grignoter/manger trop et grossir, mais on peut le faire sans petits dessins ridicules au tableau (et surtout sans fautes d'orthographe !) et sans souffler les mots à l'assemblée (niveau classe de CM1). Oh mon dieu, que nos échanges sont puérils... C'est pour moi, à chaque séance avec elle, un festival de bâillements.

Ce jour, la psychologue nous a proposé un jeu de rôle :  l'histoire de Jeannine l'obèse.
La psychologue raconte la journée type de Jeannine l'obèse et nous devons ensemble indiquer à voix haute ce que Jeannine peut bien penser dans son fort intérieur. Ce qui donne :

Jeannine se lève le matin et prend les transports en commun pour aller à son travail. Selon vous, à quoi va penser Jeannine dans le bus ? Elle va avoir peur de ne pas trouver une siège à sa place. Elle va peut-être même préférer rester debout. Jeannine est en retard, elle doit courir pour arriver au travail. du coup, Jeannine sue. Selon vous, à quoi va penser Jeannine en arrivant au travail ? Jeannine va sentir tous les regards moqueurs de ses collègues se tourner avec insistance vers elle. Et ainsi de suite en passant pas Jeannince au restaurant, Jeannine fait du shopping, Jeannine dîne seule, etc.

Nous autres, en tant qu'obèses, nous avons déjà été confronté à toutes ces situations donc quel est l'interet de nous les faire revivre à travers ce jeu de rôle ? Je me le demande encore. Y avait-il une prise de conscience à avoir ? Je crois que quand on a 45, 50 ou 70 kg en trop, la prise de conscience on l'a déjà fait depuis un moment.

Posté par OliviaJDS à 18:03 - - Permalien [#]
Tags : , ,